Dissertation Fondement Du Commerce International Merchant

01Jun

The Yield Lab Ireland Announces 2017 Portfolio at PorterShed, Galway

The Yield Lab Ireland Announces 2017 Portfolio at PorterShed, Galway

GALWAY, IRELAND May 31, 2017 – Bees, fish, electricide weed control and fly larvae are the focus of four of the companies selected by Yield Lab Ireland for the 2017 portfolio. The Yield Lab is Ireland’s first food and agriculture technology (AgTech) seed fund that has set up in Galway.   Details of the selected portfolio companies were announced at a launch event in Galway’s PorterShed innovation hub.

 

Founded in St. Louis in 2014 by a group of Ag industry experts and executives, the Yield Lab has invested in 15 AgTech companies from across the world. Expansion into Ireland has been led by Paul Finnerty, Chairman of Yield Lab Ireland and former CEO of ABP Food Group. Paul says, “We are pleased to announce our first portfolio of investments in innovative early stage AgTech businesses which we believe have the potential to assist in improving the sustainability of how food is produced, not just in Ireland but internationally.”

 

Selected companies receive €100,000 in funding and participate in a six-month accelerator programme located in Ireland. During the programme, the companies take part in hands-on training, mentoring, and networking opportunities with international agribusiness and financial institutions to develop their customer, collaborator and investor base.

 

The 2017 Yield Lab Ireland Cohort Includes:

 
 

Fiona Edwards Murphy & Andrew Wood – Cork, Ireland

ApisProtect uses in-hive sensors, retrofitted into existing beehives, to unobtrusively monitor honey bee colonies.  The collected data is gathered using mobile networks, then machine learning and big data techniques are applied which provide actionable insights about colony health, diseases, pests and other important events to make effective beekeeping decisions.

apisprotect.com

 

 

Alvan Hunt – Kells, Ireland

Hexafly converts low value vegetable waste into environmentally-friendly protein and nutritional oil products, of high value to the aquaculture fish feed market.  Other by-products include frass, a natural fertilizer, and chitin, a bio-polymer used in medicine and as a food additive.  These products are derived from black soldier fly larvae, which consume the vegetable waste.

hexafly.co

 

 

Simon Jegan Porphy & Antonio Lamb – Cork, Ireland

MicroSynbiotiX is developing a novel, patent-pending cost-effective method of producing oral vaccines using transgenic microalgae to combat infections in aquaculture and improve global food security.

microsynbiotix.com

 

 

Andrew Diprose – Warwick, United Kingdom

Ubiqutek is developing a weed control product that kills weeds using electrical charges which aim to reduce the use of herbicides and other pesticides.

ubiqutek.com

 

 

About The Yield Lab

The Yield Lab brings together new innovative technologies focused on improving productivity, enhancing knowledge, eroding boundaries, and merging historically independent ecosystems into a more cohesive agricultural system. For more information, please visit www.theyieldlab.com

 

Le commerce international connaît un essor remarquable à partir de 1945, avec un taux de croissance nettement plus rapide que celui de la production mondiale. Après la seconde guerre mondiale, de plus en plus de pays se sont efforcés de faire progresser le libre-échange et les accords commerciaux ont largement contribué à cette expansion, même si la croissance économique, les progrès des moyens de communication, l’abaissement des coûts de transport ont joué un rôle significatif. À partir des années 1960, le développement des firmes multinationales (FMN) a accompagné et accéléré l'essor des échanges commerciaux. La DIT (Division Internationale du Travail) est telle que les pays se spécialisent dans différents domaines. Les échanges internationaux permettent de bénéficier d’avantages de prix.

I. Les évolutions du commerce mondial : la notion d’avantage comparatif

La théorie des avantages comparatifs explique les avantages liés aux échanges internationaux. Chaque pays se spécialisant dans les domaines où ils sont les plus productifs, ils peuvent par la suite vendre ce qu’ils produisent le mieux, et acheter les produits où ils sont moins productifs.  À l’échelle internationale, cela permet d’avoir des biens plus diversifiés et moins chers sur le marché. Par ailleurs, en raison de la répartition inégale des matières premières (dotations factorielles) sur la planète, cela permet d’acquérir à moindre coût des biens inexploitables dans certains pays.

II. Protectionnisme et libre-échange

A. Les politiques protectionnistes

En opposition au libre-échange, les politiques protectionnistes cherchent à restreindre les importations afin de favoriser la production nationale. Cela permet aux entreprises nationales de se développer à l’abri de la concurrence étrangère, mais cette politique n’est pas sans risques.

B. Le libre-échange

En effet, si la concurrence joue un rôle primordial dans les politiques du libre-échange, c’est qu’elle favorise l’innovation et permet de faire diminuer les prix. La concurrence est bénéfique aux consommateurs, et également aux entreprises qui sont encouragées à évoluer, à être réactives. Le libre-échange contribue à la croissance.

III. La mondialisation de la production

A. Le entreprises multinationales et le commerce intra-firme

Les entreprises multinationales participent d’autant plus au commerce international qu’elles procèdent à de nombreux échanges entre ses propres filiales.  Le commerce intra-firme correspond aux échanges effectués entre différentes filiales d’une même entreprise. Ces échanges font partie du commerce international, car les filiales peuvent être dans des pays différents.

B. Stratégies d’internationalisation

Les stratégies d’internationalisation ont pour principaux objectifs d’augmenter la compétitivité.

1. Compétitivité-prix

La compétitivité-prix consiste à proposer des produits moins chers que les autres produits de même type sur le marché. La compétitivité-prix dépend du choix d’une main d’œuvre moins chère, du taux de change, etc. 

2. Compétitivité hors-prix

La compétitivité hors-prix dépend d’autres facteurs que le prix, comme le choix de localisation, la différenciation du produit, l’innovation de l’entreprise, la qualité du produit… Conclusion : Conformément aux théories classiques on observe une spécialisation des pays. Ces spécialisations ne sont pas figées et la division internationale du travail a évolué. Toutefois, le commerce international a considérablement évolué du fait l’internationalisation des firmes. Le processus de production est donc décomposé puisque les firmes elles-mêmes s’implantent dans différents endroits du monde pour bénéficier d’avantages. 

Mots-clés :  Avantage comparatif, dotation factorielle, libre-échange, protectionnisme, concurrence, innovation, entreprises multinationales, commerce intra-firme, compétitivité prix et hors prix.

Le programme complet est réservé aux inscrits.
C'est GRATUIT
Inscris-toi

  • Plus de 300 fiches de révision.
  • Chaque semaine une matière à réviser.
  • Les sujets probables, les simulateurs de note, etc...
Je m'inscris

0 thoughts on “Dissertation Fondement Du Commerce International Merchant”

    -->

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *